7 raisons de recourir à l’IA dans les rédactions

IA dans les rédactions

Top 7 raisons : IA + rédactions médias

  1. Produire des contenus de types et de formats variés

  2. Être plus agile au fil de l’info et plus de sujets chauds

  3. Libérer ses rédactions

  4. Positionner les rédactions sur des sujets de plus haute volée journalistique

  5. Rédiger sans faute de langue

  6. Publier du contenu en décalé sans difficulté

  7. Mieux anticiper le passage au contenu vocal

Quelles tâches faites par les journalistes peuvent être automatisées ?


D’emblée, coupons court à tous les fantasmes les plus terrifiants qui hantent les médias. Non, l’intelligence artificielle ne remplacera personne, encore moins dans les médias ! Si cette interrogation est un mythe à déconstruire plus qu’une crainte, en revanche, une autre mérite d’être soulevée :


En quoi l’IA peut-elle être un outil pour une meilleure couverture de l’info et pour mieux faire parler ses data ?

LabSense s’est penchée sur la question et en a fait son quotidien : la génération de contenu à partir de données. Le concept en quelques mots : transformer de la data en textes grâce à l’IA.


Quel est le constat de base dans les médias ?

Des data et des sujets à faible valeur journalistique

  1. Premièrement, les médias sont confrontés à des données de plus en plus nombreuses, à faire parler et surtout à analyser
  2. Deuxièmement, beaucoup d’articles à faible valeur journalistique drainent un trafic conséquent, ainsi indispensables et correspondent pour autant à de l’éditorialisation de données.

Des attentes et des formats précis pour toucher le lectorat

Pour cause, lorsque nous lisons de la météo, un horoscope, des résultats sportifs etc, nous attendons un format précis, une manière spéciale de présenter et de fournir l’information . Dans un monde parfait, un journaliste aurait le temps de tout écrire, de sa plus belle plume, pour toutes les communes de France. Mais, dans la réalité, il y a 34 968 communes à couvrir, et la désertion des correspondants est manifeste.

Quel type de contenu les médias peuvent-il automatiser ?

  • prévisions météorologiques
  • qualité de l’air
  • résultats sportifs (tous sports, ligue 1, ligue 2, sport amateur)
  • résultats d’élections
  • météo des transports en temps réel
  • horoscopes
  • biographies

Peut-on croiser différentes données pour générer des textes ?

Croiser les données pour doubler les requêtes

Pour sûr, croiser différents types de données constitue un bon moyen de faire varier ses contenus. il s’agit même d’une pratique recommandée pour enrichir son contenu, et lui permettre, de surcroît, d’apparaître dans de nouvelles requêtes sur le web. Plus il y a d’informations croisées, plus les cocons sémantiques seront diversifiés et offriront de nouvelles opportunités en recherche organique.


Comment retranscrire rapidement grâce à la data et libérer les rédactions ?

Abreuvés en direct de données, les textes générés peuvent être retranscrits, en temps record, dans la langue cible, sans faute de langue… Pour ordre de grandeur, plus de 10 000 contenus peuvent être généré par minute ! Adieu donc heures passées à digérer des tableurs excel, à se frotter les yeux, las de journées éreintantes, assaillis de toute part par des chiffres. La génération automatisée de contenu est donc un outil parfaitement complémentaire pour le journaliste, fort d’une agilité décuplée au fil de l’info ! Il pourra désormais concentrer ses efforts sur des enquêtes, premières amours à l’origine de sa vocation journalistique.


Comment générer plus de sujets chauds et locaux ?


via GIPHY


Certains sujets requièrent une réactivité maximale car ils reflètent une actualité brute. Désormais, grâce à l’IA, nul besoin de rester en marge de sujets de grèves de transports. S’il y a data, il y a couverture possible ! Vos rédactions pourront désormais couvrir des sujets plus complètement, délaissés auparavant et ce, avec une très grande spontanéité.


Comment catalyser la production d’articles de plus haute volée journalistique ?


LabSense digère la data et produit très rapidement des rapports. En d’autres termes, il s’agit-là d’une opportunité exceptionnelle, y compris en interne. Très rapidement, les journalistes disposent de rapports auxquels il pourront ensuite ajouter une surcouche analytique. L’IA est donc largement mutualisable, non seulement en éditorialisation pure de data, mais encore comme fondation d’articles de plus haute volée journalistique.


Comment écrire sans fautes de langues et zapper la case relecture ?

Et oui, elles sont là, planant, rôdant, tapies dans l’ombre, profitant de quelques minutes d’inattention pour polluer vos contenus : les fautes de langue ! Orthographe, grammaire, conjugaison, tournures idiomatiques : grâce à l’IA, les textes sont directement générés dans une langue impeccable, et formatés, comme requis par la plateforme, suivant les normes SEO (linking, balisage, images, méta-descriptions, mots clés, duplicate content…)


La conquête internationale des rédactions médias


La génération de contenu automatisée offre, par la même, une nouvelle opportunité de publier des contenus en décalé. Prenons l’exemple des résultats sportifs, les Jeux Olympiques ! Qui appuie sur le bouton pour publier l’article si tout le monde dort ? Les résultats d’élections à l’étranger ? Encore une fois, qui se lève en pleine nuit pour publier l’information ? Avec la génération de contenu, tout cela c’est de l’histoire ancienne !


via GIPHY


Comment passer à la vocalisation d’articles en 2020 ?


Les plus grand pontes du SEO l’affirment, l’infirment, le répètent sans relâche, Google le dit, 2020 sera l’année du vocal ! Plus le temps d’être cinquième dans la recherche organique, lorsqu’on pose une question à l’assistant vocal, une seule réponse ! LabSense génère précisément du text2speech, prérequis de tout contenu vocal grâce à la data.





Posted on 16 décembre 2019 in Blog, Lab-Sense

Share the Story

Back to Top